Tips Kaséhatan: Asma: tips 6 pikeun mantuan unggal poé

[Social_share_button]

Fréquent chez l’enfant, l’asthme est souvent handicapant. Pour permettre aux parents de bien réagir en cas de crise d’asthme, des médecins-chercheurs ont mis au point une application, Effic’Asthme, pour apprendre les bons gestes.

Gêne respiratoire, toux, essoufflement… L’asthme est la maladie chronique la plus fréquente chez les enfants. En France, ce sont plus de 10% des bambins qui sont asthmatiques, souvent chez les petits âgés de 1 à 5 ans. Selon une étude de la DREES, cette fréquence a tendance à augmenter au fil du temps. L’asthme, c’est en fait une diminution du calibre des bronches qui empêche les enfants de bien respirer. Elle est souvent d’origine allergique, mais peut être aussi due à des infections virales à répétition. Quelle qu’en soit la cause, les personnes asthmatiques sont gênées dans leur respiration et essoufflées. Elles ont généralement l’impression d’avoir un poids sur la poitrine, toussent particulièrement la nuit et ont une respiration sifflante. Si pour certains enfants cette gêne est permanente, la majorité n’est incommodée qu’occasionnellement. Voici quelques conseils pour aider votre enfant à vivre au mieux avec cette maladie.

1 – Effic’Asthme : une appli pour connaître les bons gestes

Les crises d’asthmes sont parfois impressionnantes et les adultes ne savent pas toujours comment réagir. Pour ne pas perdre leurs moyens en cas d’urgence, des médecins-chercheurs de l’hôpital Necker et du laboratoire Illumens de l’Université Paris-Descartes ont développé une application qui simule une crise d’asthme. L’objectif ? Permettre aux parents de s’entraîner virtuellement à avoir les bons gestes et les bonnes réactions au quotidien. Concrètement, on commence par renseigner le profil de l’enfant (son poids, sa taille, ainsi que les médicaments qu’il prend). Plusieurs scénarios sont ensuite proposés et en fonction, l’utilisateur devra chercher des informations via l’application. “Ensuite, il va devoir respecter toutes les étapes d’administration : c’est-à-dire retirer le capuchon du spray, le secouer, l’adapter à la respiration de l’enfant et administrer les bouffées une par une en le laissant respirer au moins cinq fois entre chaque bouffée“, explique le docteur David Drummond sur Europe 1. Cette initiation permettrait selon les chercheurs de diminuer de près de 40% le recours aux urgences ou à un médecin. Appli Effic’Asthme, disponible gratuitement sur apel et Google Play.

2 – L’encourager à faire du sport

Souvent essoufflés lors des séances sportives, les enfants asthmatiques ont tendance à être dispensés d’activités sportives à l’école. Pourtant, le sport améliore leur qualité de vie. Il ne faut donc pas hésiter à demander à son médecin quel(s) sport(s), votre enfant peut pratiquer. Celui-ci pourra également lui prescrire un traitement préventif, en cas d’asthme d’effort.

3 – Participer à des séances d’éducation

Les parents d’enfant asthmatique peuvent participer à des ateliers dans les écoles de l’asthme. L’objectif ? Apprendre à bien manipuler les différents systèmes d’inhalation, à connaître les facteurs déclenchant des crises, à gérer la crise… Certaines de ces écoles proposent également des séances, exclusivement réservées aux enfants ou aux adolescents.

4 – Faire un bilan allergologique

Pour améliorer le quotidien de votre enfant asthmatique, faites-lui faire un bilan allergologique. Celui-ci consiste en un questionnaire très poussé suivi de tests cutanés, voire d’une prise de sang. L’objectif ? Identifier l’origine allergique des symptômes. Un enfant qui présente une gêne tout au long de l’année peut par exemple être allergique aux acariens, aux moisissures, aux animaux… Celui qui a en revanche plutôt tendance à avoir des troubles respiratoires au moment du printemps a plus de risques d’être allergique aux pollens.

5 – Limiter les allergènes dans son environnement

Si l’asthme est d’origine allergique, vous pouvez prendre quelques mesures simples pour limiter la présence du ou des allergènes impliqués, dans l’environnement de votre enfant. Ainsi, s’il est allergique aux acariens, évitez tous les nids à poussières et pensez à bien aérer la chambre tous les matins et soirs. Optez par ailleurs pour une literie synthétique. Si c’est une allergie aux pollens qui est à l’origine de l’asma, veillez à toujours bien vous informer quant à la quantité de pollens dans l’air. Laver les cheveux longs, garder les fenêtres fermées, ne pas faire sécher son linge dehors… Autant de réflexes qui permettront de réduire la présence de pollens dans l’habitation. Pour limiter tout risque d’allergie, évitez de manière générale les huiles essentielles, les parfums d’intérieur, les produits qui contiennent des gaz irritants…

6 – Ne pas négliger le traitement

Si votre enfant suit un traitement de fond, il est indispensable qu’il soit pris correctement. Vous devez donc y être particulièrement vigilant. Il n’est en effet pas question de l’interrompre pour cause de vacances. Et s’il part en voyage scolaire, veillez à bien informer l’instituteur quant aux médicaments qu’il doit prendre. Vous pouvez également mettre en place un Projet d’accueil individualisé (PAI) permettant à l’enfant “d’avoir accès à son traitement dans le cadre scolaire ou péri-scolaire”, explique l’association Asthme et Allergies dans sa dernière brochure. Avec le PAI, l’écolier peut aussi bénéficier d’aménagements spécifiques, de soins d’urgence et d’un repas adapté à la cantine. Par ailleurs, n’oubliez pas de bien questionner votre médecin quant à l’usage de chaque médicament, et ce que votre enfant suive un traitement de fond ou de crise. Enfin, ayez toujours à l’esprit qu’il ne faut pas hésiter à konsultasi dokter si des crisesapparaissent malgré le traitement de fond. Cela signifie en effet que l’asthme de votre enfant n’est pas bien contrôlé. Le médecin pourra alors choisir de modifier le traitement. Pour plus d’informations et connaître notamment la liste des écoles de l’asthme, rendez-vous sur le site de l’association Asthme & allergies.